Des RSE aux RCE

Je suis intervenu la semaine dernière Ă  une confĂ©rence ClubNet sur l’open innovation. J’ai eu l’occasion de discuter avec Marc Lopez d’un sujet très intĂ©ressant : l’abandon du terme RSE au profit de RCE (“RĂ©seau Collaboratif d’entreprise“). Ce changement de terme est intĂ©ressant  plus d’un titre :

  • L’acronyme RSE est avant tout utilisĂ© pour dĂ©signer la “ResponsabilitĂ© Sociale de l’Entreprise“. Ceci pose de gros problèmes, notamment quand vous faites des recherches dans Google.
  • Le terme “RSE” est utilisĂ© Ă  toutes les sauces et de façon gĂ©nĂ©rique pour dĂ©signer un outil interne 2.0, alors que la fonction de rĂ©seau social d’entreprise ne couvre gĂ©nĂ©ralement qu’une petite partie de ce que les social softwares proposent.
  • Avec l’avènement de Facebook ou LinkedIn, les collaborateurs ont maintenant atteint la maturitĂ© suffisante pour passer Ă  l’Ă©tape suivante (commencer Ă  collaborer diffĂ©remment une fois que l’on a identifiĂ© la bonne personne).

MĂŞme s’ils sont une brique essentielle de l’Entreprise 2.0, les rĂ©seaux sociaux d’entreprise servent avant tout Ă  identifier la bonne personne, mais ils ne prennent pas en charge la collaboration Ă  proprement parlĂ©. C’est lĂ  oĂą le terme “RSE” atteint ses limites. Je ne suis d’ailleurs pas le seul ni le premier Ă  le dire : La fin des rĂ©seaux sociaux d’entreprise ? Comme prĂ©cisĂ© plus haut, le RSE n’est donc qu’une brique du système d’information, au mĂŞme titre que le système de messagerie.

Cartographie de l’Entreprise 2.0

L’enjeu de cette nouvelle terminologie est de mieux Ă©duquer les collaborateurs, mais Ă©galement le marchĂ©. Les solutions de rĂ©seau social d’entreprise vont ainsi servir aux collaborateurs Ă  se constituer en groupes affinitaires ou en communautĂ©s de pratiques. Dans un second temps, ils vont chercher un outil, un support, pour pouvoir faire ce qu’ils sont censĂ©s faire. La dimension “sociale” n’intervient plus vraiment dans cette seconde phase, car il s’agit vraiment d’effectuer un travail. La notion de travail collaboratif dĂ©signe ainsi un travail qui n’est plus fondĂ© sur l’organisation hiĂ©rarchisĂ©e traditionnelle, et oĂą collaborent de nombreuses personnes, sans division fixe des tâches, grâce aux technologies de l’information et de la communication. La nature exacte de ce support de collaboration varie en fonction du contexte (activitĂ© quotidienne et normĂ©e, projet, capitalisation des connaissances…), mais il n’est plus question de rentrer en contact.

L’autre faiblesse du terme “RSE” est la notion d’entreprise. La rĂ©alitĂ© de la collaboration telle que la vie la plus grande partie des collaborateurs est qu’elle ne se limite pas aux frontières de l’entreprise. La collaboration implique très gĂ©nĂ©ralement d’autres acteurs que vos collègues : sous-traitants, prestataires, partenaires… Restreindre la collaboration Ă  l’entreprise revient Ă  ignorer les Ă©cosystèmes collaboratifs qui se forment spontanĂ©ment ou de façon plus formelle. Certains parlent de rĂ©seau collaboratif interne ou Ă©tendu.

VoilĂ , j’espère vous avoir convaincu d’utiliser le terme “RSE” Ă  bon escient et de ne plus propager l’amalgame qui est fait avec la grande famille des social softwares, dont je vous propose au passage ma dĂ©finition : une plateforme logicielle favorisant la communication en groupe, la fĂ©dĂ©ration de communautĂ©s internes, le travail collaboratif, la crĂ©ation collective… Ă  l’aide d’outils en ligne.

Si vous avez mieux, je suis preneur…

9 commentaires pour “Des RSE aux RCE”

  1. Personnellement, j’utilise RSEE (RĂ©seaux Sociaux d’Entreprise Étendue) ou RĂ©seau Sociaux d’Écosystème considĂ©rant l’entreprise non plus simplement dans sa dimension interne mais dans sa globalitĂ© incluant toutes les parties prenantes. Cependant, je trouve ton analyse très juste et j’aime beaucoup le terme de collaboration qu’on utilise pour dĂ©crire cette entreprise collaborative donc ce que tu Ă©crit fait bcp de sens ! :)

  2. Bonne question mon cher FrĂ©dĂ©ric… et bonnes rĂ©ponses.

    Je te suggère de faire un sondage, via LinkedIn, Doodle ou Google apps pour sensibiliser, voire valider cette nouvelle appellation, d’autant que le salon expo Solutions RHH, e-learning et RSE qui se tiendra Ă  Paris les 26, 27 & 28 mars 2013 sera une excellente occasion pour dĂ©finitivement entĂ©riner cette nouvelle appellation

  3. Pour en avoir déjà discuté avec plusieurs clients, ils sont plutôt séduits par la terminologie de RCE, en particulier par ce que l’un de leur principaux enjeux et d’accompagner la transition vers des pratiques plus collaborative au sein de leurs organisation.
    J’ajouterai que nous préférons employer le terme de média social, plutôt que celui de réseau social. En effet le réseau est constitutif de l’activité humaine et généralement préexistant. Le media social, lui, est le moyen par lequel, en outillant ces pratiques, nous les rendons plus efficaces et plus puissantes. Le media pour démultiplier la puissance du réseau.

  4. Tout Ă  fait d’accord avec cette analyse, notamment la confusion avec LA rse et la restriction Ă  l’entreprise. Je parle pour ma part de plateforme collaborative et sociale. Mais le terme commence Ă  ĂŞtre bien diffusĂ© et il me semble qu’il sera bien difficile de se mettre d’accord sur un nouveau puis de le diffuser largement. Le mieux Ă©tant surement d’expliquer Ă  nos interlocuteurs ce que comprend ou signifie ce fameux RSE.

  5. On pourrait croire que le sujet est lĂ©ger, mais il fait toujours l’objet d’une discussion poussĂ©e lorsque l’on s’assoit avec un client. Il nous est arrivĂ© plusieurs fois d’abandonner le terme RSE pour dĂ©signer un rĂ©seau social interne Ă  l’entreprise afin de lui prĂ©fĂ©rer quelque chose comme “plateforme d’innovation collaborative” ou, effectivement, “rĂ©seau collaboratif d’entreprise”. Plus que le fait d’Ă©viter l’acronyme RSE, c’est le gros mot “rĂ©seau social” que les porteurs de projet au sein de l’entreprise cherchent Ă  dissimuler.

    Par ailleurs, nous employons le terme de RSV (rĂ©seau social vertical) lorsque la plateforme en question a pour but de rĂ©unir l’ensemble des parties prenantes d’une industrie – au sens large – c’est-Ă -dire d’un secteur donnĂ© : la Finance, le DĂ©veloppement durable, l’Oenologie…

  6. Egalement tout Ă  fait d’accord avec l’analyse.
    J’ajouterai que le E du RCE qui dit “Entreprise” est mĂŞme trop limitant. J’y prĂ©fère la notion de Etendu, pour deux raisons :
    - la première est que l’entreprise,si on parle d’elle, est bien plus large que les membres qui la composent par des liens de contrat de travail. Elle est composĂ©e de toutes les parties prenantes, clients fournisseurs, partenaires, elle est Etendue..
    - la seconde parce que les EntitĂ©s, les Associations, les Organismes, les CollectivitĂ©s etc ne se reconnaissent pas dans la terminologie Entreprise et pourtant ils ont tout autant besoin de plateforme – mĂ©dia j’aime bien aussi – pour Ă©changer, capitaliser, travailler ensemble.
    Petit bémol quand même RCE signifie également Responsabilités et Compétences Elargies. Cet acronyme est couramment utilisé dans le milieu universitaire.

  7. Je suis complètement d’accord avec FrĂ©dĂ©ric sur ses objections concernant le terme RSE. Pour nous, chez Jalios, la dimension sociale (profil riche, conversation, mur d’activitĂ©s) contribue Ă  amĂ©liorer la collaboration : l’intranets de nouvelle gĂ©nĂ©ration est un intranet collaboratif.

    Je rebondis aussi sur la remarque de Benoit Pain. On a parfois parlé de Réseau Social Professionnel. Le terme professionnel inclut aussi bien les entreprises que les collectivités / administrations. De plus il couvre aussi les cas d’extranet professionnels qui ne sont pas liés à une entreprise.

    Peut-être le terme Réseau Collaboratif Professionnel (RCP) répondrait-il à toutes ces remarques. Pas de danger de confondre avec la Réanimation Cardio-Pulmonaire ni avec le Régiment de Chasseurs Parachutistes :-) Reste qu’il est difficile de changer des termes en vogue…

  8. IntĂ©ressant, mais quitte Ă  ĂŞtre discordant par rapport aux commentaires prĂ©cĂ©dents. OK il ya confusion entre RSE rĂ©seau et RSE responsabilitĂ©, et on n’aime pas le S de RSE, qui fait un peu trop machine Ă  cafĂ© numĂ©rique. Et pourtant ! Le passage par le S de RSE peut ĂŞtre une Ă©tape très dure Ă  franchir, suivant les entreprises dans lesquelles on se trouve. Au-delĂ  de l’habituel obstacle managĂ©rial, la culture et lastructure d’une entreprise peut ĂŞtre un obstacle encore plus insurmontable. Et la poussĂ©e du S de RSE permet d’aborder le C de collaboratif plus efficacement. Bref, je parle en gĂ©nĂ©ral de plateforme collaborative de type RSE.

    Quant Ă  l’assertion “•Avec l’avènement de Facebook ou LinkedIn, les collaborateurs ont maintenant atteint la maturitĂ© suffisante pour passer Ă  l’étape suivante (commencer Ă  collaborer diffĂ©remment une fois que l’on a identifiĂ© la bonne personne).”, cela dĂ©pend vraiment des entreprises et de leur domaine d’activitĂ©. D’ailleurs ĂŞtre sur LinkedIn ne veut pas forcĂ©ment dire ĂŞtre prĂŞt au C de collaboratif, mais peut-ĂŞtre entrevoir l’intĂ©rĂŞt du selfbranding ;-)

  9. Suite Ă  un petit saut au salon Solution Intranet, collaboratif et RSE, j’ai beaucoup entendu le terme “RĂ©seau Social”. Bien que je sois absolument d’accord sur l’analyse : restrictif, confusant, loin de la rĂ©alitĂ©… RSE est un mot connu et, les entreprises n’ont que ce terme pour dĂ©signer un système de partage et d’Ă©change au sein de leurs organisations. Effectivement, quand on creuse, on dĂ©couvre toutes les dimensions qui se cachent derrière : du management des idĂ©es, de l’innovation collaborative, de l’amĂ©lioration continue, de l’innovation sociale… Finalement, RSE veut tout et rien dire, tant il est employĂ© pour des usages diffĂ©rents. Mais les habitudes ont la vie dure et… je crains qu’il ne reste pour un petit moment.
    Pour changer les choses, il faudra beaucoup se rĂ©pĂ©ter… Alors, prĂŞts Ă  changer ?

Laissez un commentaire