Sérendipité en entreprise

La sérendipité, néologisme décrivant des coïncidences inattendues permettant des découvertes, est entrée dans le monde du travail grâce au web. Les entreprises doivent-elles s’en méfier ou au contraire l’intégrer ?

Qu’est-ce que la sérendipité ?

Pour faire court, cela désigne la découverte d’information par le biais du hasard. On parle de recherche aléatoire, de découvertes inattendues… C’est une démarche plus ou moins consciente que l’on a tous déjà pratiqué et qui a fait l’histoire de l’humanité. Pour en savoir plus : wikipédia

Pourquoi la sérendipité est-elle d’actualité ?

On parle beaucoup de sérenpidité en ce moment car le web a développé chez tous un goût prononcé pour celle-ci et a même transformé la structure mentale des natifs numériques (les digital native) qui privilégient désormais les approches sérendipiennes aux démarches structurées. Concrètement, la sérenpidité version web, c’est :

  • naviguer de liens hypertextes en liens hypertextes pour finir par découvrir une information qui nous est utile mais que nous ne cherchions pas…
  • regarder sur YouTube les vidéos relatives à celle que l’on vient de visionner…
  • lire les timeline de ses followers Twitter dans l’espoir d’y trouver quelque chose d’intéressant
  • cliquer sur un mot-clefs d’un article pour découvrir tous les articles liés
  • utiliser les suggestions de recherche des moteurs de recherche

Sérendipité

Alors la sérendipité a-t-elle sa place dans l’entreprise ?

La première réaction face à la sérendipité est de la considérer comme contre-productive. Dans un monde régit par la rentabilité et l’efficacité, le hasard n’a pas sa place, en tout cas pas officiellement. La sérendipité n’est pas logique, n’est pas rationnelle, ce n’est pas une méthodologie mais une non-méthode que l’on ne peut ni intégrer dans un système logique ni appréhender rationnellement.

Pourtant La sérendipité a des qualités indéniables que les entreprises ne devraient pas négliger :

Elle est notamment un gage d’ouverture d’esprit et de créativité. Se laisser porter par le hasard est le meilleur moyen de trouver de nouvelles sources d’inspiration, des idées neuves… Et pratiquer la sérendipité, c’est accepter que ses méthodes ne sont pas infaillibles, accepter que son raisonnement, sa logique ne mèneront pas forcement au meilleur résultat… Or la remise en question est un facteur clés de réussite.

D’autre part les sérendipitant, ceux qui pratiquent efficacement la sérendipité, font preuve de sagacité, de flair, de vigilance, de perspicacité, bref de curiosité constructive ! Une qualité inestimable dans le monde du business.

Enfin, puisque les générations à venir sont “formatées” selon ce schéma, les entreprises ont tout intérêt à s’y adapter, s’orienter vers des structures de données beaucoup plus transversales, non-structurées mais adaptées à la navigation aléatoire. D’ailleurs, peut-être que le système de structuration des données tel que nous le connaissons aujourd’hui, celui qui est issu de la structure des encyclopédies d’antan, est voué à disparaître au profit d’une structure sans ordre qui colle plus aux usages d’une génération qui ne fonctionnera plus que par sérendipité.

15 commentaires pour “Sérendipité en entreprise”

  1. On peut poser cette question de la sérendipité jusqu’aux choix d’architecture des systèmes d’information. Actuellement tous les SI des grandes entreprises transformés à la sauce SOA sont conçus pour faire de la réutilisation contrôlé, urbanisé.

    A l’opposé l’architecture du web encourage la sérendipité, on le voit concrétement au travers du phènomène des mash-ups.

    “Engineer for serendipity” Roy Fielding (co-auteur de la spec HTTP)

  2. Ne serait-ce pas juste un “buzzword” pour parler de ce qui se fait déjà, mais sous le nom plus conventionnel de “veille technologique” ?

    Cf. http://www.geek-directeur-technique.com/post/2009/07/08/La-veille-preparer-votre-futur

    Lire des news, suivre des liens, lire des magazines (papiers et électroniques), … tout cela n’a rien de neuf. Et c’est justement parce qu’elle n’est pas directement productive que la veille techno est une chose importante mais un peu brumeuse que de nombreux ingénieurs et décideurs oublient de faire.

  3. A noter que si la sérendipité n’est pas une méthodologie, il y a quand même des personnes qui s’y adonnent mieux que d’autres.

    Il faut avoir le coup d’oeil, savoir repérer rapidement si une information est valable ou non, si un lien pourra a priori donner des informations pertinentes, ou au moins amener vers des informations pertinentes.

    Là encore les “digital natives”, ou une partie d’eux au moins, ont des prédispositions importantes. A force de chercher tout et n’importe quoi sur le web, on finit par mieux savoir s’y repérer.

  4. @aurelien oui c’est exactement le genre de conséquences qu’il est intéressant d’analyser. Je suis d’accord avec toi, la sérendipité va inévitablement influencer la structure des SI de demain.
    @amaury Le veilleur utilise la sérendipité, c’est clair mais cela ne signifie pas pour autant que sérendipité = veille. Le concept n’est pas nouveau mais il est en train de devenir une “norme”, un usage démocratisé.

  5. Bravo et merci pour ce post. Eh oui, les usages changent, allons butiner les morceaux d’information éparpillées ça et là.
    Voir d’ailleurs l’éthymologie de “sérendipité” (néologisme issu de serendipity en anglais) http://blog.abondance.com/2007/09/les-trois-princes-de-serendip.html
    et une interview de François Bourdoncle, fondateur d’Exalead qui propose des solutions d’accès à l’informations pour les entreprises avec sous le capot une technno brevetée “Search by Serendipity”.
    http://www.altsearchengines.com/2007/06/20/the-view-from-the-corner-office-exalead/

  6. Merci pour cet article,

    Je ne pense pas que ce soit seulement la structure qui favorise la serendipité.
    Par exemple tourner les pages d’une encyclopédie d’antan aussi structurée soit-elle c’est se donner l’occasion de se tromper et de tomber sur un article ou une illustration imprévue et qui va faire sens.

    Par conséquent je pense qu’il pourrait y avoir une autre version possible de votre schéma qui représenterait une navigation par sérendipité sur une information structurée.

    La question est peut-être plus au niveau de la fourniture de l’accès au données. Les droits d’accès exigus, les filtres et proxy internet dans l’entreprise qui réduise le champ du possible sont pour le coup de vrais freins à la navigation par serendipité.

  7. @Maxime, tout-à-fait d’accord avec toi, il faut certaines qualités pour être un bon sérendipitant. Peut-on former ses collaborateurs à le devenir ?

    @Jean-Marc, merci pour le lien.

    @Sylvain, oui tu as raison, la sérendipité existait avant le web et s’applique bien à n’importe quelle structure de données. Mais notre environnement (le web) change nos comportements et nos comportements changent nos environnements (le web déstructuré). Les deux évoluent ensemble et c’est ça qui est intéressant.

  8. Merci Laurent pour ce point de vue qui éclaire la sérendipité-attitude (et content de voir au passage que nous avons un centre d’intérêt commun ;) !

    +1 sur le fait que la sérendipité n’est pas toujours appréciée à sa juste valeur : le côté “je vais à la pêche pour décrocher un résultat incertain” n’est pas bien vendeur, il faut le reconnaître.
    Mais je crois que, pour être efficace, la sérendipité ne doit pas rester purement consciente. Je m’explique, puisque ça fait un peu “psy” jusque là : en la pratiquant régulièrement “en tâche de fond”, en y ayant trouvé plusieurs fois son compte, on prend confiance en soi et ça devient cette fameuse “attitude”. Et c’est là que ça donne des résultats !

  9. @Grégoire Sympa de recroiser ton chemin :-)
    L’enjeu pour les générations actuelles de travailleur est effectivement de trouver la bonne sérendipitude, de devenir un bon sérendipitant. Mais l’important c’est d’assimiler que les générations à venir ont ça dans le sang !!

  10. Salut tout le monde,
    Ce post est très intéréssant pour moi, il y en a peu qui parle de la sérenpidité !
    Par contre est ce que vous connaissez pas un livre ou une publication scientifique qui parle de la sérenpidité ?
    merci d’avance ;)

  11. Bonjour à tous,,

    Cela fait un bout de temps que je lorgne sur cet article, car il m’avait beaucoup intrigué lors de sa publication. A tel point que j’ai décidé d’en fair un projet de plateau sur techtoc :

    http://techtoc.tv/event/474/collaborative-technologies/entreprise-2.0–les-fondements/comment-valoriser-la-serendipite-en-entreprise

    Toutes vos contributions sont les bienvenues :)

Laissez un commentaire